réfléchisseurs, unissez-moi !

Indignation sélective

Journaliste. Un métier sans doute passionnant qui consiste à rapporter des faits afin d’informer l’ensemble de la population des événements qui ont lieu. Permettre ainsi au citoyen d’avoir un œil avisé sur le monde qui les entoure, d’avoir un avis qui s’appuie sur des faits, des mécanismes marquants qui rythment notre quotidien. En outre, cela permet à l’instruction d’accompagner la réflexion, indispensable pour une démocratie qui demande à son peuple de choisir son exécutif en toute connaissance de cause. Ce métier, qui consiste à rapporter sous forme d’information non faussée un événement, est accompagné d’un travail rigoureux d’enquête, afin que nulle fausse vérité ne puisse être diffusée. Un bon journaliste, est un journaliste qui recherche l’information qui ne laissera aucun doute sur la véracité des faits, une vérité établie, en somme.

Aussi belle soit-elle, cette théorie diffère grandement de la pratique.

 

Endoctrinés dès leur plus jeune âge, les Français (et sûrement également la plupart des pays européens occidentaux) ont perdu leur esprit critique, donc éclairé, mais pas le droit de vote. Ils choisissent ainsi à l’aveuglette ceux qui seront amenés à prendre en main leur destin, ne s’appuyant que sur les médias officiels pour orienter leur suffrage. C’est ainsi qu’en moins de 40 ans, la France passe du rang de 3ème puissance économique mondiale à celui de 9ème… Et la chute n’est pas terminée, le droit de vote est toujours ouvert à tous, il tend même à s’ouvrir aux personnes déficientes.

Pourquoi cet échec cuisant ? Parce que les médias ne remplissent plus leur rôle.

Eux-mêmes lobotomisés par une idéologie dominante et dogmatique, ils en ont perdu la rigueur indispensable que leur profession exige, le copier/coller des journaux concurrents étant devenu la règle. La paresse intellectuelle a remplacé la passion; La facilité est devenue la règle. Le travail de recherche abandonné, c’est la facilité idéologique qui prend place : le dogme qu’il ne faut pas toucher, celui de la solidarité, de l’entraide à outrance, du partage sans mesure. Celle-là même qui contribue chaque jour à endoctriner l’électeur, qui va mettre en place un exécutif qui le haït.

Voilà par quel processus le Français en est venu à s’auto-flageller, à considérer son vécu, son histoire, sa civilisation, comme une tare qu’il faudrait éliminer, à n’en voir que le négatif au point de devoir se repentir du vécu de ses propres ancêtres. Dès lors, fondre notre nation dans un ensemble plus vaste, incarnée en ce jour par l’UE, lui semble être la seule voie de rédemption. Accueillir toujours plus d’étrangers pour faire oublier ce passé qu’il faut par tout moyen éliminer, les payer telle une rançon qu’il faudrait leur rembourser. Ces Français endoctrinés prennent des fonctions de propagande qu’ils diffusent à leur tour, tels des journalistes. La boucle est bouclée. Le journaliste de métier a bien fait son travail.

Cette propagande en vient à avoir une vision sélective de l’actualité. A n’en voir la gravité que sur une échelle dogmatique et idéologique. A n’en percevoir que l’essence partiale au détriment du bon sens. L’affect remplace le pragmatisme; le journalisme n’est plus, la politique irraisonnée l’ayant engloutie tel un nuage apocalyptique qui cherche à faire taire les voies dissonantes.

De nos jour,

Le journalisme, c’est taire la mort de Kevin PEREZ, assassiné par des « jeunes » issus de l’immigration, mais valoriser l’énième voyage illégal de l’Aquarius

Le journalisme, c’est s’apitoyer sur les décisions des Etats souverains de ne plus accepter ce bateau et oublier que les pays du Maghreb, pourtant de même confession que les clandestins, sont à proximité de ce dernier.

Le journalisme, c’est s’offusquer d’un assassinat prétendument raciste dans un pays voisin, sans en vérifier la véracité, alors que sous nos yeux de Français, dans nos villes, le racisme sévit en tuant les autochtones.

Le journalisme c’est soutenir des délinquants de gauche soixante-hui-tarde qui occupent illégalement un territoire en usant de la force, mais en taisant leurs tentatives de meurtres à l’encontre de nos policiers et de nos gendarmes, sans pour autant oublier de condamner ceux qui, au bord de nos frontières, empêchent pacifiquement les illégaux d’entrer sur nos terres.

Le journalisme, c’est parler d’endettement pour justifier la réquisition d’une dotation à un parti politique d’opposition, quand il aurait fallu parler de spoliation arbitraire, mais en taisant les innombrables prises d’intérêts des élus de la majorité médiatique bien-pensante.

Le journalisme c’est couvrir l’information de manifestations violentes de gauche en parlant de groupuscules minoritaires, alors qu’on parle péjorativement de manifestations d’extrême-droite pour celles qui défilent pacifiquement pour le droit à la famille, sans disctinction d’âge ou d’activisme.

Finalement, au XXIè siècle, le journalisme, c’est aimer son bourreau plus que soit-même. C’est oublier sa raison d’être, c’est désinformer, c’est initier les fakes-news, c’est arranger la réalité, c’est orienter l’opinion publique, c’est activement participer à la propagande d’un système qui nous tue un peu plus chaque jour, c’est pleins de choses… Mais ce n’est plus rapporter des faits. Mais c’est aussi la mise en avant de leur propre incompétence, de leur propre incapacité de réflexion, de la mise en avant de leurs lacunes intellectuelles dues à leur propre endoctrinement. Bref, c’est la médiocrité en première page.

 

Voilà pourquoi, ce peuple de France qui se lève, haït les journalistes et les politiques. Parce que ce peuple aime son histoire, les siens, il comprend maintenant – peut-être trop tard – que l’information réelle se trouve sur les réseaux libres injustement condamnés par la caste qui craint que la réalité éclate au grand jour.

Publicités

Le grand remplacement, seulement un mythe?

« Entre les années 2010 et 2017, la population française est passée de 64,613 millions à 66,991 millions, soit une augmentation d’environ 2,4 millions personnes sur une période de 7 ans, faisant de la France l’un des pays européens les plus dynamiques. La population de la France croit d’environ un million de personnes tous les 3 ans. Pour une croissance annuelle moyenne de 340 000 personnes, soit un taux de croissance de + 0,6 %[9].

Au , 11,6 % d’entre eux, soit 7,6 millions, sont nés à l’étranger, 8,9 %, soit 5,9 millions, sont immigrés et 6,4 %, soit 4,2 millions, sont de nationalité étrangère. D’autre part, près de 3,5 millions de personnes nées en France vivraient à l’étranger[10],[11],[12].

L’indicateur conjoncturel de fécondité est de 1,93 en 2016, contre 2,9 en 1950 et 1,8 en 1990[13]. Quoique supérieur à la moyenne européenne, le taux de fécondité est insuffisant pour assurer le renouvellement des générations. La population continue toutefois d’augmenter en raison de la forme de la pyramide des âges, de l’immigration et de l’augmentation de l’espérance de vie, qui s’élève en 2017 à 85,3 ans pour les femmes et 79,5 ans pour les hommes, soit une hausse d’une dizaine d’années en cinquante ans[3]. »

C’est une première. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. L’immigration remplace les autochtones. Malgré la décroissance démographique, la population augmente. Pire, le nombre d’habitants sur le territoire nés à l’étranger n’a jamais été aussi fort. Et pour finir, ce phénomène ne peut que s’empirer au vu de la politique pratiquée, qui consiste à accepter toute immigration sous couvert de ne pas tomber dans la xénophobie. Les chiffres sont sans appel.

 

L’objectif est clair : Génocider les autochtones pour faire place aux nouveaux arrivants. Tout argument est bon, peu importe sa véracité, tant qu’il profite aux remplacistes.

 

Souriez, vous êtes exterminés.

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9mographie_de_la_France?wprov=sfla1

Prendrait-on les Viennois pour des cons?

L’avantage d’un élu, c’est que les élections sont espacées dans le temps. Cela permet aux plus crédules d’absorber les arguments avancés par les filous justifiant leurs échecs, et aux amnésiques d’oublier les promesses non-tenues, comme s’il s’agissait d’un fantasme.

C’est aussi vrai à Vienne. Le maire, celui-là même qui s’est fait élire sur des promesses communautaires, n’a pourtant pas tiré les leçons de ses échecs qui l’ont poussés à la démission de son parti suite à un désaveu cinglant de ses adhérents. Au contraire, malgré des résultats électifs historiquement bas, il se persuadé que sa ligne est la bonne, comme en témoigne sa propre publication sur les réseaux sociaux :

 

1

 

L’auto-satisfaction de nos élus est atroce pour tous ceux qui, chaque jours, donnent le meilleur d’eux-même sans jamais que la reconnaissance de leurs qualités soit mise en avant. Ils ont beau subir une baisse de pouvoir d’achat, une hausse de l’insécurité, une diminution de la qualité de leur condition de travail, le problème est toujours eux, et jamais ceux qui décident, c’est à dire les élus de l’exécutif.

 

Kovacs ne fait visiblement pas exception. Après avoir apporté son soutien à Macron et la politique que le Président souhaite mettre en place lors des législatives, le maire de Vienne fait l’éloge de sa personne occultant ses propres échecs: Exit le parking souterrain en centre ville alors même que je tentais de le raisonner en lui expliquant que cela serait inévitablement un échec, exit le projet d’échangeur de Reventin-Vaugris qui allait dans le sens des intérêts Viennois, exit le projet de rénovation des Berges de Vienne. Non, le maire de Vienne préfère travestir la réalité en mettant en avant des finances assainies – selon lui – qui occultent que cela se fait au détriment de la sécurité des Viennois – domaine abandonné par l’exécutif municipal -, au détriment de l’éducation – dont les réformes ne permettent pas une optimisation de l’apprentissage – et, – pire- que cela se fait grâce….. à ses propres échecs ! Et oui, les projets pharaoniques avortés qu’il avait promis, permettent au moins d’assainir la dette des Viennois.

 

Alors, qui faut-il remercier? Le maire et ses projets échoués? Ou les services départementaux de l’urbanisme qui lui ont rappelé la réalité de terrain?

 

Cette malhonnêteté est reconnue par les Viennois, comme l’atteste les dernières élections qui mettent le parti du maire en difficulté à Vienne. Il est temps que les électeurs d’une « France forte », que les électeurs de droite, se tournent vers le seul parti qui souhaite réellement voir la France re-vivre sur le plan international. Vienne n’est pas anodine, elle est historique et mérite bien mieux que ça !

Un « Kakou » pas si performant….

Les prises de positions peuvent parfois être étranges. Certains, s’excusent du leur, d’autres le revendiquent.

Kovacs, c’est à ça qu’on le reconnait (comme autre chose), est exceptionnel. Il est le seul à pouvoir faire les deux.

S’excuser de ses prises de positions successives, qui ont même déçus ces propres militants, tout en les revendiquant.

 

Pour aller plus loin, il a réussi à revendiquer son étiquette « de droite », tout en glissant qu’il « avait prit congé de son parti »… Bref, tout comme Binet, il fait des gros bisous à Macron. Quand on perd une place, il suffit simplement de retourner sa veste pour la retrouver….

kovacskovacs2kovacs3

 

Mais attention, il va plus loin….

 

Il est aussi capable de critiquer ceux qui, depuis une heure, sont devenus ses adversaires, alors qu’il a usé de la même stratégie : Bombarder les copains pour prendre leur place. Remiller, son prédécesseur à Vienne, s’en souvient encore.

 

Bref, quand on est en perdition, heureusement, il nous reste toujours la vente de son honneur pour s’en sortir. Et à ce jeu, Kovacs, à même plutôt bien géré, il a dépassé le stade de la vente, pour se reconvertir dans la location de fierté, qui permet un profit optimal… Et répétitif. Bref, rentable.

 

Vous l’aurez tous compris, derrière ces aveux de façade, Kovacs maintient sa ligne. Il veut démissionner mais ne le fait pas, il veut faire un parking sous-terrain mais ne le peux pas, il veut lutter contre le communautarisme mais maintient ses aides locatives aux musulmans… Bref, il lutte pour la moralisation politique, mais en est le contre-exemple.

 

Une défaite florissante

Une fois encore, la multi-gauche a réussi à abattre localement les patriotes. Mais force est de constater que cette fois-ci, ils ont dû y mettre toutes leurs forces. Cette gauche multi-cartes, d’un Kovacs appelant à voter pour Macron au candidat de Macron lui-même en passant par Binet, le candidat des ex-socialistes remplacés par LREM, tous ont dû s’unir pour nous faire tomber. Finalement, cette défaite du camp patriote, est aussi la défaite des mondialistes, qui ont dû aux yeux de tous laisser place à l’évidence de leur unité pour nous éviter une légitime victoire.

Cette plante que nous avons initiée il y a plusieurs décennies, est belle et bien entrain de germer, de s’épanouir, et la vision de notre victoire les poussent à s’étaler au grand jour. Pour garder leur place dorée, l’élite UMP-PS locale s’affiche en public. Les complots de Kovacs avec la gauche ne sont plus un secret, tout comme ces promesses de convenance découvertes lors des municipales.

 

Chers Amis, cette défaite n’en est pas une. Elle met en lumière la proximité des ennemis de la France et nous démarque clairement des manipulations politiques dont nos adversaires sont friands. Ne lâchez rien, notre victoire se travaille dès maintenant.

vienne

 

Mobilisons-nous !

(Copie faite par mail)

Chers amis, chers patriotes,

Vous le savez, ces élections législatives sont primordiales pour l’avenir de notre mouvement politique, pour l’avenir des patriotes Français. Notre score crédibilisera notre rôle d’opposant principal au Gouvernement si nos scores sont honorables, voire si nos élus à l’Assemblée Nationale sont nombreux. Dans la 8ème circonscription, Thibault MONNIER a toutes ses chances de remporter le siège si notre propre électorat se mobilise suffisamment.
Hors, je fais le constat que les nôtres ne se sont pas déplacés lors du premier tour et cela me désole. La démobilisation de nos adhérents, de nos soutiens, je la comprends. Les élections ont été nombreuses ses derniers temps et un « ras-le-bol général » se fait ressentir. Pourtant, il s’agit là de la dernière ligne droite avant plusieurs années sans autres élections. Comme au premier tour, ne restez pas assis devant votre télé et prenez ces quelques minutes nécessaires pour aller voter.
Certains d’entre vous ont également perdu leur mobilisation suite à ma démission. Ce sont pour moi des soutiens sincères et je les remercie de placer en moi toute leur confiance. Pourtant, le combat perdure en la personne de Thibault, qui est quelqu’un de compétent, de motivé, qui incarne cette jeunesse, notre avenir. Je lui fais entièrement confiance pour remplir sa mission en cas d’élection. Ainsi, si vous avez perdu la soif de combattre à la fin de mon propre engagement, je vous demande de reporter la confiance que vous me portez sur la candidature de Thibault.

ai été bien peu présent lors de cette campagne, mais il est bon de rappeler que mes engagements familiaux et professionnels n’en sont que les uniques raisons. Thibault est un ami personnel et il n’existe entre nous par la moindre source de discorde, pas le moindre conflit d’intérêts.

Voter pour lui, c’est voter pour moi, c’est voter pour la France.

Et quant au débat raté de Marine Le Pen, je sais que nombre d’entre vous ont été déçus.
Alors je vous répondrai qu’une seule chose: pour un débat raté, la France ne doit pas être abandonnée​ !

Chers amis, mobilisez-vous !

Norman MECHIN
monnier

La défaite multi-claques

Le désaveu de sa famille politique est déjà difficile, mais le désaveu cinglant de ses administrés est pire encore.

Kovacs, le maire de Vienne, l’apprend à se dépends. Il n’est décidément pas sur la même longueur d’onde que les habitants de la 8ème circonscription de l’Isère. Il n’est d’ailleurs pas sur la même longueur d’onde que les militants de l’UMP38 eux-mêmes.

Quand il choisit Sarko, ses militants choisissent Fillon. Quand les militants de l’UMP choisissent l’union des droites, il apporte son soutien au nouveau parti socialiste, devenu « En marche ! »

Malgré de multiples échecs, que cela soit des prises de position à l’anti-thèse des positions des militants UMP ou un projet de parking souterrain impossible dont il s’entête pourtant à vouloir faire croire le contraire, son estime de lui-même le convainc que le simple fait de mettre son visage derrière une inconnue pourrait faire d’elle une députée. Raté. Les habitants du bassin viennois l’avaient pourtant prévenu à plusieurs reprises comme l’atteste la défaite de sa conseillère départementale lors des municipales partielles de Reventin-Vaugris : ils n’ont que faire de lui ! N’est pas star qui veux.

 

Mettre son visage sur une affiche n’a pas suffit à le crédibiliser et sa prise de position en faveur de la candidate du nouveau parti socialiste va l’éloigner un peu plus encore des sympathisants de l’UMP qui, eux, ont bien compris que la seule force d’opposition encore en lice face à Emmanuel Macron était le candidat de la droite patriote Front-National, Thibaut MONNIER.

 

Voter à droite pour faire face au bloc de gauche à Vienne n’est plus une option : Kovacs le sait très bien, mais comme il l’a fait pour Binet, un échange de bon procédé avec la gauche est mieux que de perdre la ville de Vienne. Voilà pourquoi les deux partis jumeaux UMP/ PS sont entrain de disparaître, car les Français ne veulent plus de ces magouilles et les militants de ces deux partis se rendent compte que leur élite les trompent.

 

Screenshot_20170612-162331

%d blogueurs aiment cette page :