réfléchisseurs, unissez-moi !

« Les fascistes de demain s’appelleront eux-mêmes les antifascistes »

Attribuée au Professeur Halford E. Luccock (et non pas à Churchill), la phrase « Les fascistes de demain s’appelleront eux-mêmes les antifascistes » n’a jamais autant été vraie.

Nous constatons tous les effets de cette gauche ultra – soutenue d’ailleurs par la gauche d’Etat – qui pille, brûle et agresse. Les manifestations populaires concernant la loi travail ont été jonchées d’incidents violents. Des policiers agressés, des vitrines détruites, des véhicules brûlés, sont les stigmates de ces fascistes qui refusent leur nom. Pourtant il y avait matière à prévoir ces incidents. L’affaire Clément Méric a largement démontré l’implication de ces antifa revendiqués dans les confrontations d’ordre politique, qui ont abouti à la mort de l’agresseur. Mais l’action gouvernementale s’est montrée orientée. Au lieu de dissoudre les associations violentes, celles-là même qui brûlent actuellement nos rues et dont faisait partie Clément Méric, elle a préféré dissoudre celles qui reflétaient leur opposition à la politique immigrationniste, cataloguée à l’extrême droite de l’échiquier politique. On a laissé la Gangrène violente prospérer.

En remontant plus loin dans le temps, on a souvenir du Menhir, Jean-Marie LE PEN, lutter seul contre une caste politico-médiatique largement acquise à la censure, au nom de la liberté d’expression. Jean-Marie LE PEN étant catalogué « fasciste »par ces usurpateurs, les pourfendeurs de la justice s’octroyaient le droit de la bâillonner, instaurant ainsi les graines d’un fascisme aveuglé par son image. Les antifa traquent la paille dans l’oeil du vilain, mais ne voient plus la poutre dans le leur.

antifa

 

L’évolution de cette doctrine liberticide et totalitaire ne s’arrête malheureusement pas là. Avide de pouvoir, elle tend maintenant à lutter contre le racisme en utilisant la discrimination pour arme, comme le démontre cet aberrant camp de vacances qui rejette certains enfants car blancs, descendant de coloniaux supposés. Ainsi, en France, en 2016, on discrimine des enfants car leur couleur de peau correspond à celle de leurs ancêtres. En France, en 2016, alors qu’on nous rabâche depuis 40 ans que nous sommes tous issus de l’immigration( et africaine de préférence), on rejette un enfant parce qu’il ne serait pas issu de la mixité, parce qu’il porte la couleur qu’il ne faut pas, celle des Gaulois.

Source: http://www.lefigaro.fr/ ou figaro.fr du mois d’avril un lien du mois d’avril, qui aurait laissé le temps au Gouvernement d’interdire ce camp si cela avait été sa volonté. site des fascistes anti-blancs, vous y trouverez un appel à la désobéissance dite civique et un refus de la diversité… dans leur pays d’origine (exclusion de la culture occidentale).

Alors oui, en France le racisme et l’exclusion sévissent et les premières victimes sont blanches. Oui, en France la répression politique existe, elle est contrôlée par les anti-fascistes. Oui en France on enferme au nom de la liberté et on bâillonne au nom de la libre expression. Il n’est plus aisé de défendre ses idées et ses convictions, dans ce pays plusieurs fois millénaires qui veut bannir son héritage. Le pays de la « liberté », veut faire taire.

 

Les Français en ont marre, les antifascistes sont entrain de poser les premières pierres, de la prochaine guerre civile.

 

 

racisme-anti-français-1

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :