réfléchisseurs, unissez-moi !

Prendrait-on les Viennois pour des cons?

L’avantage d’un élu, c’est que les élections sont espacées dans le temps. Cela permet aux plus crédules d’absorber les arguments avancés par les filous justifiant leurs échecs, et aux amnésiques d’oublier les promesses non-tenues, comme s’il s’agissait d’un fantasme.

C’est aussi vrai à Vienne. Le maire, celui-là même qui s’est fait élire sur des promesses communautaires, n’a pourtant pas tiré les leçons de ses échecs qui l’ont poussés à la démission de son parti suite à un désaveu cinglant de ses adhérents. Au contraire, malgré des résultats électifs historiquement bas, il se persuadé que sa ligne est la bonne, comme en témoigne sa propre publication sur les réseaux sociaux :

 

1

 

L’auto-satisfaction de nos élus est atroce pour tous ceux qui, chaque jours, donnent le meilleur d’eux-même sans jamais que la reconnaissance de leurs qualités soit mise en avant. Ils ont beau subir une baisse de pouvoir d’achat, une hausse de l’insécurité, une diminution de la qualité de leur condition de travail, le problème est toujours eux, et jamais ceux qui décident, c’est à dire les élus de l’exécutif.

 

Kovacs ne fait visiblement pas exception. Après avoir apporté son soutien à Macron et la politique que le Président souhaite mettre en place lors des législatives, le maire de Vienne fait l’éloge de sa personne occultant ses propres échecs: Exit le parking souterrain en centre ville alors même que je tentais de le raisonner en lui expliquant que cela serait inévitablement un échec, exit le projet d’échangeur de Reventin-Vaugris qui allait dans le sens des intérêts Viennois, exit le projet de rénovation des Berges de Vienne. Non, le maire de Vienne préfère travestir la réalité en mettant en avant des finances assainies – selon lui – qui occultent que cela se fait au détriment de la sécurité des Viennois – domaine abandonné par l’exécutif municipal -, au détriment de l’éducation – dont les réformes ne permettent pas une optimisation de l’apprentissage – et, – pire- que cela se fait grâce….. à ses propres échecs ! Et oui, les projets pharaoniques avortés qu’il avait promis, permettent au moins d’assainir la dette des Viennois.

 

Alors, qui faut-il remercier? Le maire et ses projets échoués? Ou les services départementaux de l’urbanisme qui lui ont rappelé la réalité de terrain?

 

Cette malhonnêteté est reconnue par les Viennois, comme l’atteste les dernières élections qui mettent le parti du maire en difficulté à Vienne. Il est temps que les électeurs d’une « France forte », que les électeurs de droite, se tournent vers le seul parti qui souhaite réellement voir la France re-vivre sur le plan international. Vienne n’est pas anodine, elle est historique et mérite bien mieux que ça !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :